Cabinet ouvert Lundi Mardi Jeudi Vendredi

07 66 36 24 36

60 rue Faidherbe, 49100 Angers

Retrouvez moi sur les réseaux sociaux

Top
La vitamine D : besoins et apports | Intuition Nutrition
fade
6429
post-template-default,single,single-post,postid-6429,single-format-standard,mkdf-bmi-calculator-1.1,mkd-core-1.3,wellspring child theme-child-ver-1.0.0,wellspring-ver-2.3,mkdf-smooth-scroll,mkdf-smooth-page-transitions,mkdf-ajax,mkdf-grid-1300,mkdf-blog-installed,mkdf-header-standard,mkdf-sticky-header-on-scroll-down-up,mkdf-default-mobile-header,mkdf-sticky-up-mobile-header,mkdf-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-6.1,vc_responsive

La vitamine D : besoins et apports

 

Quelle quantité de vitamine D faut-il consommer au quotidien ? La question fait débat depuis plusieurs années, et il semblerait que les besoins en vitamine D pourraient être bien supérieurs à ceux recommandés par les autorités de santé en France.

Des besoins en vitamine D sous-évalués ?

En France, les autorités de santé (ANSES) affirment clairement que les apports nutritionnels conseillés sont de 600 UI de vitamine D3 par jour. Cette dose, qu’on retrouve par exemple dans 150 g de saumon, permettrait de prévenir les carences. Il n’est donc pas si simple de couvrir les besoins par les apports alimentaires.

L’Institut National de Veille Sanitaire (INVS) a, quant à lui, mesuré un déficit en vitamine D chez plus de 80% des Français1.

Plus récemment encore, l’Académie Nationale de Médecine a publié des recommandations qui affirme que les besoins quotidiens en vitamine D doivent être réévalués à 1000 UI par jour, soit presque 2 fois plus que ceux préconisés par l’ANSES2 ?

 

Exposition au Soleil :

 

La vitamine D à la particularité de pouvoir être synthétisée par l’organisme grâce à l’exposition au soleil.

De façon approximative, on peut considérer comme suffisante une exposition au soleil selon les critères suivants : exposition des jambes et des bras (avec protection solaire sur le visage), durant 5 à 30 minutes, deux fois par semaine entre dix et quinze heures.3

La fourchette «5-30» minutes est large car la durée d’exposition pour avoir un impact dépend du phototype, de la latitude, de la saison et de l’âge.

En France, la prévalence de personnes carencées varie beaucoup entre le sud et le nord du pays. Le pourcentage de personnes ayant une carence sévère avec des taux de 25(OH)D en dessous de 8 ng/ml (20 nmol/l) passe de 7% sur la Côte d’Azur à 29% dans le Nord.

Les peaux foncées nécessitent une augmentation du temps d’exposition au soleil de trois à cinq fois.

Une crème solaire avec un indice de 30 réduit la synthèse de plus de 95%.

 

En prenant en compte tous ces facteurs, à la fois les apports alimentaires et les habitudes de vies permettant un apport supplémentaire par synthèse cutanée, il parait effectivement nécessaire de recourir à une supplémentation en Vitamine D dès le mois d’octobre et au minimum jusqu’en avril chaque année.

Connaître son taux de Vitamine D :

 

Pour connaître son taux de vitamine D, il est possible de faire une prise de sang dans un laboratoire d’analyses biologiques. Cette analyse n’est pas prise en charge par la sécurité sociale.

Deux formes de vitamine D peuvent être mesurées par les laboratoires, mais seule l’une d’elles est dosée en routine : la « 25 OH vitamine D » ou calcifédiol.
Le dosage de « 25 OH vitamine D » est celui qui reflète le stock et la disponibilité en vitamine D de l’organisme.

 

Comment lire sa feuille de résultats ?

Le taux sanguin de vitamine D est le plus souvent donné en nanogrammes par millilitre (ng/ml) ou en nanomoles par litre (nmol/l).

Pour convertir les nanomoles en nanogrammes, il faudra les diviser par 2,5.

Par exemple, 75 nmol/l correspondent à 30 ng/ml.

Voici les normes officielles pour interpréter les résultats 4 :

  • Carence : 25 (OH) D inférieure à 25 nmol/l (10 ng/ml)
  • Déficit : 25 (OH) D entre 25 et 75 nmol/l (10-30 ng/ml)
  • Concentrations normales : 25 (OH) D entre 75 et 250 nmol/l (30-100 ng/ml)

Mais ces limites sont assez théoriques.

 

Quel est le taux sanguin optimal ?

Depuis 2007, les experts de la vitamine D démontrent qu’un taux minimum de vitamine D de 30 ng/ml est indispensable à la santé de l’os. Sous leur impulsion, la norme inférieure du taux de vitamine D a été remontée à 30 ng/ml.

Cependant la grande majorité des spécialistes anglo-saxons de la vitamine D estiment que son taux sanguin doit être supérieur à 30 ng/ml pour prévenir le cancer et les maladies immunitaires.

Le taux sanguin de vitamine D d’une personne en bonne santé vivant largement en extérieur est de l’ordre de 40 ng/ml sans dépasser 45 ng/ml. Atteindre des valeurs supérieures à 45 ng/ml n’est possible que si l’on se supplémente.

Le taux souhaitable de vitamine D est donc de 40 à 45 ng/ml (100 à 112,5 nmol/l).

Pour les experts de la vitamine D :

  • son taux ne doit jamais être inférieur à 30 ng/ ml,
  • un taux supérieur à 100 ng/ ml est toxique,
  • le taux souhaitable se situe entre 40 et 45 ng/ml.

 

Pour un adulte présentant un déficit en vitamine D, un schéma thérapeutique simplifié peut être proposé (per os) selon la Revue Médicale Suisse (2011; volume 7. 2332-2338)

  • Dose de charge à 100 000 UI de vitamine D3 toutes les deux semaines durant deux mois (quatre doses) suivie de 2000 UI par jour.4,5,6

Il faut prévoir un contrôle à trois mois et adapter le traitement en fonction du taux. La fréquence des contrôles est à adapter selon les éléments cliniques influençant la vitamine D.

On peut également calculer la dose annuelle nécessaire et la répartir sur l’année de façon trimestrielle, hebdomadaire ou journalière car une étude a montré que ces trois modes d’administration obtiennent des taux sanguins identiques.

C’est essentiellement la compliance qui va définir le mode d’administration.

 

Rappelons que les doses de 300 000 UI ou plus devraient être évitées car des doses élevées chez les personnes âgées augmentent le risque de chute.8,9 En l’absence de risque de chute, ce dosage très pratique pourrait être utilisé.

Pour affiner le dosage, il est également possible de calculer les besoins précis selon les situations.

En tenant compte du fait qu’il faut 100 UI/j pour augmenter de 1 ng/ml le taux sanguin de 25(OH)D (2,5 nmol/l), on peut calculer les besoins quotidiens d’un adulte non obèse. Chez un patient obèse, les besoins sont deux à trois fois supérieurs.

La plupart des études portant sur ce genre de calcul ont été faites chez les adultes, mais des modifications identiques ont été observées chez les enfants obèses.10,11,12

 

Des taux de vitamine D plus importants pourraient être nécessaires :

 

Des chercheurs américains ont voulu comparer l’effet d’une supplémentation à 1000, 2000 ou 4000 UI par jour, pendant trois mois en hiver sur 328 personnes. Avec un taux sanguin moyen de départ de 15 ng/mL, la majorité des participants étaient donc en déficit, de manière comparable à la population française.

Au bout de trois mois, les résultats des chercheurs sont sans appel : pour dépasser 20 ng/mL (un seuil universellement reconnu comme témoin d’une carence), 1640 UI de vitamine D3 par jour sont nécessaires dans 97,5% des cas.

Mais les chercheurs vont encore plus loin, ils estiment que :

Pour atteindre le taux de 33 ng/mL, à partir duquel les études d’observation ont constaté une diminution du risque de cancer et de maladies cardiovasculaires, 4000 UI par jour au minimum sont nécessaires dans 80% des cas13.

 

Le mieux est donc toujours de suivre son taux au fur et à mesure, à l’aide de bilans sanguins au bout de quelques mois, puis d’ajuster au besoin.

 

 

 

 

Références :

  1. Vernay M. et al., Vitamin D status in the French adult population : the French Nutrition and Health Survey (ENNS, 2006-2007). Usen, invs, Avril 2012.
  2. Académie nationale de médecine, « Statut vitaminique, rôle extra osseux et besoins quotidiens en vitamine D – Rapport, conclusions et recommandations », 29 mai 2012.
  3. Holick MF.Vitamin D deficiency entire monograph – BMJ point of care powered by Epocrates. BMJ Point Of Care 2011:1-19.
  4. Holick MF, Binkley NC, Bischoff-Ferrari HA, et al. Evaluation, treatment, and prevention of vitamin D deficiency : An endocrine society clinical practice guideline. J Clin Endocrinol Metab 2011;96:1911-30.
  5. Bosomworth NJ. Atténuer la carence épidémique en vitamine D. Can Fam Physician 2011;57:1-6.
  6. Souberbielle JC, Body JJ, Lappe JM, et al. Vitamin D and musculoskeletal health, cardiovascular disease, autoimmunity and cancer : Recommendations for clinical practice. Autoimmunity Rev 2010;9:709-15.
  7. Trivedi DP, Doll R, Khaw KT. Effect of four monthly oral vitamin D3 (cholecalciferol) supplementation on fractures and mortality in men and women living in the community : Randomised double blind controlled trial. BMJ 2003;326:469.
  8. Ish-Shalom S, Segal E, Salganik T, et al. Comparison of daily, weekly, and monthly vitamin D3 in ethanol dosing protocols for two months in elderly hip fracture patients. J Clin Endocrinol Metab 2008;93:3430-5.
  9. Smith H, Anderson F, Raphael H, et al. Effect of annual intramuscular vitamin D on fracture risk in elderly men and women – a population-based, randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Rheumatology (Oxford) 2007;46:1852-7.
  10. Sanders KM, Stuart AL, Williamson EJ, et al. Annual high-dose oral vitamin D and falls and fractures in older women : A randomized controlled trial. JAMA 2010;303:1815-22.
  11. El-Hajj Fuleihan G, Nabulsi M, Tamim H, et al. Effect of vitamin D replacement on musculoskeletal parameters in school children : A randomized controlled trial. J Clin Endocrinol Metab 2006;91:405-12.
  12. Gordon CM, Williams AL, Feldman HA, et al. Treatment of hypovitaminosis D in infants and toddlers. J Clin Endocrinol Metab 2008;93:2716-21.
  13. Kimmie Ng, Jamil B Scott, Bettina F Drake, Andrew T Chan, Bruce W Hollis, Paulette D Chandler, Gary G Bennett, Edward L Giovannucci, Elizabeth Gonzalez-Suarez, Jeffrey A Meyerhardt, Karen M Emmons, Charles S Fuchs. Dose response to vitamin D supplementation in African Americans: results of a 4-arm, randomized, placebo-controlled trial. Am J Clin Nutr 2014 ajcn.067777.